Qui suis-je ?

Je me prénomme Ambre. Et c’est très jeune (à l’âge de 14 ans) que j’ai commencé à prendre conscience de mes dons de clairvoyance et de médium. À cette époque, je ne savais pas encore que je possédais ces dons. Je ressentais des vibrations étranges en présence de certaines personnes.
Des ressentis positifs ou négatifs. Et, c’est en grandissant et en m’apercevant que lorsque j’éprouvais des sensations négatives, il se produisait systématiquement dans les jours ou semaines qui suivaient un événement négatif dans la vie de ces personnes, que je me suis vraiment interrogée sur mes facultés. En devenant adulte, je me suis rendu compte qu’il me suffisait de voir ou d’entendre une personne, pour lire dans son passé et prédire son avenir.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces dons de clairvoyance et de clair audience sont parfois difficiles à porter.

J’ai d’ailleurs fait une pause de quelques années car je ne pouvais plus assumer certaines situations difficiles que je pré-visualisais. Mais, les retours de mes client(e)s m’ont convaincu de m’y remettre, car la majorité d’entre eux m’a témoignée une grande reconnaissance tant je les aidés.

Et quoi de plus beau dans la vie que d’aider les autres ?

Suis-je capable de tout prédire ?

Non, je ne vais pas vous mentir, je ne suis pas capable de vous donner les numéros du loto, mais s’il s’agit d’argent par exemple, je suis à même de savoir si c’est un problème pour vous, si ça va le devenir ou si vous allez entrer dans une période plus prospère ou pas.

S’il s’agit d’amour, je ne vous donnerai pas la date précise de votre prochaine rencontre ou le prénom de la maîtresse de votre mari… En revanche, je vous dirai si vous êtes avez des chances de rencontrer prochainement votre âme sœur, et si vous pouvez ou pas faire confiance à votre mari.

Avec moi, pas de non-dits, sauf un sujet que je n’aborde pas. C’est celui de la mort et de la guérison (ou pas) de certaines maladies graves. La mort ne nous appartient pas, et ce n’est pas à moi de vous divulguer ces informations.

Pour le reste, c’est à vous de fixer les limites de ce que vous êtes capable d’entendre. Si je dois vous annoncer une nouvelle qui ne vous plaît pas, je vous demanderai votre aval, et si vous êtes en mesure de l’entendre, je ne vous la cacherai pas.

De même, si je ne vois rien ou ne pressens rien, je vous le dirai. Je ne suis pas là pour vous faire plaisir ou pour vous conforter dans ce que vous souhaitez entendre. Je suis là pour vous aider à avancer dans votre vie, pour que vous soyez lucide sur certaines situations, pour vous apporter de vraies réponses aux questions que vous vous posez.